L’élixir des poisons ou La libération par la déviance

Auteur

Pierre Bédard

Éditeur

Louise Courteau éditrice

Date de publication

6 mars 2015

ISBN

9782765911845

Langue

Français

L’élixir des poisons ou La libération par la déviance


Bisac

BODY, MIND & SPIRIT / Spirituality / General
PSYCHOLOGY / Emotions

Clil

Littérature générale / Fiction / Romans contemporains
Littérature générale / Fiction / Romans historiques

ACHETEZ MAINTENANT en cliquant sur les icônes des magasins


Biographie de l'auteur

Il est né dans la ville de Québec en 1942. Universitaire, il a étudié au Québec et aux États-Unis où il a contesté l'aliénation engendré par la mode vestimentaire et la gravité. Sa passion de l'écriture a été soutenue par: l'enseignement de la religion à l'Université du Québec, la culture de diverses plantes, la construction de bateaux, la coordination de magasins alternatifs et la production audiovisuelle. Pierre étudie, enseigne et écrit sur le mysticisme et l'ésoterisme oriental, principalement sur le Tantra. Il est membre du conseil du Pen Club section Québec (auteurs au sein de comité de prison) et UNEQ.

L'équipe à laquelle appartient Pierre Bédard enseigne joyeusement les diverses voies du Tantra là où le besoin des autres le demande et où le vent les pousse.

Description

Roman initiatique dont l’action se situe en Amérique latine campe sous un angle post-moderne les principes himalayens de cessation de la souffrance.

L’attachement, la colère et l’ignorance sont les trois « poisons » de l’existence. Ils peuvent facilement être transcendés par le rire, l’autodérision et les joies de vivre bien senties et intégrées!

L’élixir de ces trois « poisons » sont des acquis culturels. Se soustraire de la souffrance est inconcevable dans notre monde judéo-chrétien. Les protagonistes remplacent par une joyeuse compassion spontanée l’esprit de sacrifice et de mortification présumé essentiel pour accéder à un au-delà céleste.

Les personnages nous racontent, à travers leurs pérégrinations, chacun de ces trois « poisons ». Ils n’en connaîtront la libération ni par la prière, ni par l’ascèse, mais plutôt par une implacable rupture du programme imposé par les conventions.

Ne plus vouloir souffrir, et prendre tous les moyens pour y arriver, serait-il donc perçu comme une déviance? C’est l’objet du présent ouvrage.