Nelligan n’était pas fou!

Auteur

Bernard Courteau

Éditeur

Louise Courteau éditrice

Date de publication

29 octobre 2012

ISBN

9782924024959

Langue

Français

Nelligan n’était pas fou!


Bisac

BIOGRAPHY & AUTOBIOGRAPHY / Cultural Heritage
ANTIQUES & COLLECTIBLES / Books
MEDICAL / Mental Health

Clil

Littérature générale / Fiction / Romans classiques

ACHETEZ MAINTENANT en cliquant sur les icônes des magasins


Description

“Un livre qui, loin de fermer la porte aux poursuites de l’analyse critique de l’oeuvre de Nelligan, fournira, au contraire, des éléments de choix pour ces chercheurs de miettes posthumes dont Dantin fait allusion dans sa préface aux Œuvres de Nelligan.”

Ainsi se présentait Nelligan n’était pas fou lors de sa parution en 1986. Or la présente réédition confère à ce texte une portée toute prémonitoire. Car avec Pour un plaisir de verbe (Journal intime d’Émile Nelligan, de 1895 à 1899) et Ces beaux gars à l’oeil brun dont rêvait Nelligan, Nelligan n’était pas fou, non seulement compose une trilogie essentielle à la compréhension de la vie du poète et de son oeuvre, mais il en constitue l’élément essentiel, le pivot central et la charnière indispensable.

 

En effet, ce livre en est l’oeuvre maîtresse à la fois de par sa position dans le temps et par le fait qu’il complète de façon plénière celui qui le précède et donne toute sa perspective à celui qui le suit.

 

Sans ce triple apport, la vraie raison pour laquelle Nelligan a été mis au ban de la société nous serait encore inconnue et les motifs qui l’ont mené à Saint-Jean-de-Dieu en octobre 1925, de même que l’astuce dont il s’est servi pour y être accepté, nous resteraient cachés car, tel que ce livre le révèle, il n’était allé y chercher, de lui-même et sans aide, non pas une hospitalisation, mais y trouver une hospitalité qu’il n’avait pu trouver ailleurs.

 

Nelligan est devenu mythique au cours des ans et ce mythe l’entoure d’une aura de gloire qui n’est pas sans mérites. Mais aujourd’hui que l’énigme de sa réclusion est résolue, sans que le mythe n’en soit pour autant aboli, les trois volets de cette trilogie nous font voir le poète tel qu’il a vraiment vécu à travers tous les âges de sa vie.

 

Il s’avérait donc nécessaire que cette réédition paraisse afin de mettre à la disposition des générations nouvelles des faits qui sont toujours susceptibles de les passionner et de raviver, auprès des contemporains de la première édition, tout le plaisir qu’ils ont retiré de sa lecture et l’intérêt qu’ils ont pris à en partager les découvertes.

 

Tel qu’Henri Tranquille, le libraire, l’écrivait à l’auteur le 31 janvier 1987 : Votre ouvrage Nelligan n’était pas fou m’a tellement intrigué que je suis revenu, non à mon admiration ancienne de Nelligan, mais à une humaine et lucide relecture de ses poèmes… Vous m’avez convaincu… Votre attitude demeure bien celle d’un studieux poète !

 

D’autant plus que Nelligan n’était pas fou n’a non seulement rien perdu de son actualité, mais qu’il se lit encore “comme un roman policier”.